Fiche d’élevage du serpent à groin, Heterodon nasicus (Baird et Girard, 1852) [+ vidéo]

Règne : Animalia
Classe : Reptilia
Sous-classe : Lepidosauria
Ordre : Squamata
Sous-ordre : Serpentes
Infra-ordre : Alethinophidia
Famille : Colubridea
Genre : Heterodon
Espèce : Heterodon nasicus (Baird & Girard, 1852)

Nom vernaculaire: Serpent à groin
Nom vernaculaire anglais: Western hognose snake

Morphologie
L’ Heterodon nasicus est un petit serpent d’environ 40 cm – 50 cm pour les mâles et pouvant aller jusqu’à 1 m pour les femelles (mais une moyenne de 80 cm est plus généralement constatée pour cette dernière).
Son corps a un aspect trapu et court.
Il possède un rostre sous la forme d’une écaille relevée d’où son nom de serpent à groin.
Sa couleur tire sur le brun et le beige avec des ocelles, mais certains spécimens peuvent aussi tirer sur le vert olive.
Les écailles dorsales sont carénées comme chez les serpents à sonnette (Crotalus spp).

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_1©Francis Crawley

Venimologie
Il a une dentition d’opisthodonte car il porte à l’arrière du maxillaire des dents de tailles supérieures aux autres. Ces dents permettent à salive qui est toxique de couler le long et ainsi atteindre les plaies causés par la morsures.
Aucun cas envenimation grave n’a été recensée à ce jour par rapport à cette espèce.
Le membre mordu peut gonfler et être douloureux et chaud. Il y a plus de risques d’infection au niveau de la morsure que d’envenimation sensu stricto.
Attention toutefois au risque allergique (choc anaphylactique possible, comme avec n’importe quelle toxine).

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_10Morsure d’Heterodon nasicus
Nombreuses traces de crochets (la personne s’est-elle laisser mâchouiller ?)
©Oxford Journal

envenimation_heterodon_nasicus_blog_arthopodus

Malgré sa salive toxique cette espèce n’est pas soumise au Certificat De Capacité.
Il faut simplement être en règle avec la législation actuelle:
Terrariophilie: la législation française

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_5Juvénile mangeant un souriceau, vous pouvez voir les crochets de l’Heterodon
©Whosthedaddy

Répartition
Cette espèce se trouve du Sud des États-Unis, du Canada et au nord du Mexique.
Les biotopes où on le rencontre sont variés, plaines peu boisées et sèches, prairies.
Il préfère les sols caillouteux ou sablonneux, plus faciles à creuser.

Ainsi on rencontrera cette espèce:
– Au Canada dans les provinces du Manitoba, d’Alberta et du Saskatchewan.
– Aux États-Unis dans le Montana, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, le Nebraska, l’Est du Wyoming, l’Illinois, l’Est du Colorado, le Nouveau-Mexique, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas et l’Ouest du Minnesota.
– Au Mexique dans les États du Chihuahua, de Durango, de Coahuila, du Nuevo León, de Tamaulipas, dans le Nord du Zacatecas, dans le San Luis Potosí et dans l’Aguascalientes.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_2Heterodon n. nasicus en milieu naturel (Minessotta)
©squamatologist

Longévité et mode de vie
Les Heterodon sont terrestres et fouisseurs, ils aiment creuser grâce à leur écaille rostrale et passent souvent du temps enfouis dans le substrat.
Leur activité est plutôt diurne, ce qui est assez agréable lorsqu’on l’élève.
Ce serpent n’a pas de réflexe de constriction marqué lors du nourrissage car à la base c’est une espèce aux tendances piscivores, qui ne consomme des rongeurs qu’occasionnellement.
Un autre comportement intéressant est que lorsque le serpent est dérangé, il a tendance à se mettre sur le dos et exposer ses écailles ventrales, il entrouvre la gueule et sort la langue pour faire le mort, on appelle ce phénomène la catalepsie.
Leur durée de vie moyenne est de 12 à 15 ans.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_4Phénomène de catalepsie ©Matthew Ignoffo

Conditions d’élevage
Choix de l’animal
Sa bouche ne doit pas être ouverte, il ne doit pas y avoir de liquide sortant des narines. Vérifiez également la présence d’acariens sur la peau de l’animal, ce sont de minuscules parasites, lorsque vous prenez l’animal dans vos mains, vérifiez si rien ne bouge.

Habitat
Il faut prévoir pour un adulte au minimum un terrarium de 40Lx30lx30h, l’idéal étant 60x40x40.
Vous devrez chauffer le terrarium avec un câble ou un tapis couplé à un thermostat, disposé sur la moitié ou les 2/3 du fond du terrarium et protégé pour éviter les brûlures, votre température au point chaud doit être comprise entre 28°C et 30°C.
Le point froid sera à température ambiante environ 20°C à 24°C. Vous devrez avoir une hygrométrie comprise entre 50% et 70%.

Il doit y avoir deux cachettes au minimum dans le terra une au point chaud et une au point froid, ainsi qu’un grand bac lourd pour l’eau où le serpent pourra s’immerger en période de mue. Vous pourrez leur proposer une à deux branches, notamment pour les juvéniles qui apprécient plus que les adultes de grimper (la branche doit avoir été désinfectée par un bain javel, décorcée, rincée puis séchée même si vous l’avez achetée en animalerie, ou passée au four ou à la vapeur). Vous pouvez aussi décorer le terra avec des fausses plantes qui pourraient faire office de cachettes.

Pour le substrat vous avez le choix : copeaux de hêtre ou paille de lin (esthétique mais onéreux, difficile à nettoyer et potentiellement dangereux), journal, essuie-tout ou lino (peu coûteux, hygiénique, simple à nettoyer).
Cependant étant fouisseur l’Heterodon préfère les copeaux ou la paille de lin.

Cette espèce peut sans soucis être élevée en rack.

Pour les juvéniles il est impératif de les mettre en boîte trouée ou faunabox avec de l’essuie-tout comme substrat (pour l’hygiène car les jeunes défèquent souvent), deux cachettes (rouleau en carton de papier toilette) et bol d’eau.
Les températures et l’hygrométrie sont les mêmes que pour un adulte.

Il vaut mieux une boîte qui va vous sembler trop petite pour que le serpent se sente en sécurité et soit moins sujet à l’anorexie et au stress.
L’idéal est 20Lx10lx15h de la naissance à environ 30cm.
Ensuite il pourront être mis dans un terrarium.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_6Position d’intimidation gueule aplatie, s’accompagne souvent d’un soufflement
©Bryan Reynolds

Alimentation
Un serpent doit être nourrit en dehors de son terrarium surtout si celui-ci est tapissé de copeaux ou de paille de lin (risque d’ingestion et donc d’occlusion).
Les juvéniles sont nourris dans leur faunabox s’il n’y a pas de substrat.

La nourriture dépend de l’age et de la taille de l’animal.
A la naissance, l’animal n’acceptera que de très petites proies (souriceaux 1 jour).
La grosseur des proies doit augmenter en même temps que la taille du serpent.
Il est important de proposer des proies adaptées à la taille de votre serpent car on peut observer des problèmes de croissance sur des serpents nourris avec des trop petites  proies. A contrario, des proies trop grosses peuvent causer des régurgitations qui blessent l’œsophage.

Repas de plusieurs Heterodon nasicus ©Ace Of Snakes (Joseph)

Les jeunes Heterodon ont souvent une préférence pour le vivant ou le poisson.
On peut frotter un souriceau mort sur une peau de poisson en cas de refus de nourriture pour stimuler un serpenteau récalcitrant.
Un autre bon truc pour les récalcitrants: tremper la proie (souriceau ou souris) dans le jus d’une boite de thon au naturel !

La fréquence des repas est déterminée avec chaque animal, ils n’ont pas forcément les même besoins. On peut donner une moyenne de 1 proie par semaine (juvéniles, femelles gestantes et animaux en récupération après maladie) ou toutes les 2 semaines (à partir de 18 mois). Les serpents ne mangent pas pendant leur mue. Attention à la suralimentation qui diminue l’espérance de vie et abîme le système digestif et surtout le foie qui sont trop sollicité.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_3Portrait ©Sem Geerts

Reproduction
Age des reproducteurs :
La maturité sexuelle des Heterodon est atteinte vers 2 ans, cependant il est préférable d’attendre 3 ans pour les femelles car il y aurait risque de rétention d’œufs ou de retard de croissance.

Hibernation
Pour faire hiberner vos Heterodon, la température doit être baissée graduellement, ainsi que la durée d’éclairage (ce qui se fait naturellement si la pièce est éclairée par le soleil). La période d’hibernation commence à partir d’Octobre/Novembre et dure jusqu’à Février/Mars pour les adultes.
On peut faire hiberner les juvéniles dès leur premier hiver mais uniquement un mois, personnellement de Novembre à Février pour les adultes et en Décembre pour les juvéniles.

La température est baissée graduellement les 15 premiers jours pour atteindre environ 10°C à 17°C, la durée d’éclairage doit être de 8 à 10 heures

Aucune nourriture ne sera proposée pendant la période d’hibernation et 15 à 30 jours avant. Il faudra juste s’assurer de la propreté de l’eau.

Enfin 15 jours avant le « réveil » monter progressivement la température jusqu’à revenir aux paramètres normaux. Il faut alors nourrir avec une proie plus petite pendant 2 ou 3 repas pour réhabituer l’organisme.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_9Couple d’Heterodon nasicus
Le mâle (le plus petit) est de phénotype normal, la femelle est albinos
©biggreggm

Accouplement
Vous devrez nourrir la femelle une fois par semaine, peu après le réveil elle va muer et grossir : c’est l’ovulation.
Il faut alors lui présenter le mâle et les laisser ensemble 2 ou 3 jours pour qu’ils s’accouplent. La femelle peut conserver le sperme dans ses oviductes pendant 1 an.
Il faudra les séparer après l’accouplement et laisser la femelle seule.

Gestation
Lors de la gestation il faudra nourrir la femelle avec des proies plus petites car les œufs prennent beaucoup de place, une fois par semaine. La femelle pondra entre 40 et 70 jours après sa mue post hibernation. Il y aura une deuxième ponte entre 40 et 60 jours après la première et ce même sans deuxième accouplement.

Ponte et incubation
Juste avant la ponte la femelle refuse de s’alimenter. Elle fait aussi ce qu’on appelle la mue de ponte.

Une boite fermée percée de deux gros trous (pour que la femelle puisse passer) et remplie de vermiculite ou de sphaigne humide doit être placée au point chaud pour que la femelle puisse pondre. La ponte comprend entre 4 et 23 œufs en moyenne. Ils sont translucides avec une tâche rouge à la sortie puis s’opacifient et deviennent bien blanc dans l’heure qui suit. Tout œuf petit et jaunâtre est non fécondé, on l’appelle couramment « slug » (« limace »).

On incubera les œufs pendant environ 45 à 60 jours à une température comprise entre 26,5 et 28,5°C.
L’humidité doit être d’environ 90%.
Les jeunes mesurent entre 15 et 20cm à la naissance.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_8Éclosion ©Jan Grathwohl

Juvéniles
Les petits muent environ 10 jours après leur naissance, ensuite il faut leur proposer de la nourriture adaptée : souriceaux d’1 jour.
Ne vous inquiétez pas si un juvénile ne mange pas tout de suite il peut vivre entre un et trois mois dès la naissance puisqu’il a absorbé le sac vitellin.
Proposez-lui du vivant et du mort en alternance tous les 15 jours pour ne pas le stresser, et si au bout d’un mois il n’a pas mangé, vous pourrez envisager le gavage ou semi-gavage, quelquefois le simple fait de forcer la morsure de la proie induit le réflexe de déglutition.

Ils peuvent être sexés dès la naissance, ces animaux possèdent un dimorphisme sexuel nettement visible. Les mâles ont une longueur cloaque – extrémité de la queue très grande alors qu’elle très réduite chez les femelles.

Phases
De nombreuses phases existent et se développent chez les éleveurs.
On notera entre autre l’albinos dans toutes ses nuances (red, yellow…), le toffee belly, l’anaconda, le super-anaconda, l’axanthic…
Vous pouvez consulter la morphlist du site World of Hognose qui est complète.

heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_7Heterodon nasicus albinos ©Toyah Robson

Sources:
Le forum « Reptirama »
le site « Kiksnakes »
Le site « Serpents du Monde »
Wikipedia
– Le livre « Designer-morphs, Western Hognose Snakes » de John R Berry
Article de l’Oxford Journal sur la prise en charge des morsures de serpents exotiques (en anglais)
– La photo montrant les crochets du juvénile de Whosthedaddy (forum CBRF)
Visitez la galerie Flickr de Francis Crawley
Visitez la galerie Flickr de squamatologist
Visitez la galerie Flickr de Sem Geerts
Visitez la galerie Flickr de Matthew Ignoffo
Visitez la galerie Flickr de Bryan Reynolds
Visitez la galerie Flickr de Toyah Robson
Visitez la galerie Flickr de Jan Grathwohl
Visitez la galerie Flickr de biggreggm
la chaine YouTube de Ace of Snakes (Joseph)– Merci à Gordon Bone pour ses photos de morsure et à Jurasik Var pour le montage photo

Merci pour votre visite !

 

Publicités
Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage serpents, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s