Fiche d’élevage des punaises assassines des genres Platymeris et Psytalla (Réduves africaines, Reduviidae)

Règne: Animalia
Embranchement: Arthropoda
Classe: Insecta
Ordre: Hemiptera
Sous-ordre: Heteroptera
Famille: Reduviidae
Sous-famille: Reduviinae
Genre: Psytalla & Platymeris

Nom vernaculaire anglais: Assassin bugs, giant assassin bugs, giant spiny assassin bugs.

Psytalla_Platymeris_blog_arthropodusPsytalla horrida à gauche, Platymeris biguttata à droite
Notez a différence de taille chez les adultes.
Photo trouvée sur Google Images.

Les grandes réduves africaines sont des animaux fascinants à élever et à observer.

Parmi les nombreuses espèces de Platymeris (13 décrites à ce jour) on en trouve surtout 3 dans les élevages :
Platymeris biggutata (Linné, 1767)
Noires, marques jaunes sur les fémurs, tâches blanches sur les ailes.
Platymeris rhadamantus (Gerstaecker, 1873)
Noires, marques rouges sur les fémurs et tâches rouges sur les ailes.
Platymeris sp. « Mombo » (région de Tanzanie)
Noires, marques rouges sur les fémurs et tâches oranges sur les ailes.
Les trois espèces mesurent environ 4 centimètres à l’age adulte.

Platymeris_biguttataP. biggutata
©Oscar Mendez
Platymeris_rhadamanthusP. rhadamanthus
©Oscar Mendez
Platymeris_sp_momboP. sp « Mombo »
©Oscar Mendez

On trouve depuis quelques années un nouveau genre en élevage, Psytalla horrida (Stal, 1865). Cette espèce ressemble à Platymeris rhadamanthus (marques rouges sur les fémurs et les ailes), présente également des marques rouges espacées sur les côtés de l’abdomen mais est plus grande, elle mesure un peu plus de 4,5cm à l’âge adulte et possède de nombreuses petites épines sur le thorax.

reduves_psytalla_horrida_2_blog_arthropodusPsytalla horrida
Source http://loft2.blog114.fc2.com

Ces réduves sont des insectes chasseurs qui se servent d’un rostre pour se nourrir.

Chasse chez P. biguttatus ©Андрей Хоменко

Après avoir attrapé et immobilisé leur proies à l’aide de leurs pattes, elles plantent leur rostre dans celle-ci pour injecter leur salive.
L’effet toxique de leur salive est extrêmement rapide et l’insecte est rapidement immobilisé et tué.
Il est ensuite vidé par aspiration et les restes ne sont que des exosquelettes vides qui ne sont pas consommés par les punaises.

Platymeris_rhadamanthus_muePlatymeris rhadamanthus venant de muer ©Oscar Mendez

Le maintien en captivité est aisé, je maintiens actuellement 6 Psytalla horrida dans un terrarium de L30xl30xH20cm, une dizaine d’individus pourraient y être maintenus sans soucis, voire un peu plus.
Le substrat est composé de sable et les cachettes sont des écorces de chêne liège ou tout autre décor qui puisse servir de cachette (cartons à œufs, tubes de carton…).
Les Platymeris et les Psytalla sont des animaux à tendance nocturne, il est très rare de les voir se balader durant la journée à part quand on les nourrit, là elles n’hésitent pas à se mettre à découvert tant elles sont voraces.
Niveau chaleur il suffit d’un petit câble chauffant ou d’une petite lampe au dessus du terrarium pour maintenir environ 30°C la journée, le chauffage est coupé la nuit pour atteindre environ 20°C.
Il n’est pas nécessaire de leur laisser une coupelle d’eau, elles trouvent tout ce qui leur  est nécessaire dans leur proies.
Une pulvérisation de temps en temps dans le terrarium peut aider pour la mue (je le fais 1 fois par semaine environ, bien sûr sans tout détremper et que d’un côté du bac).

reduves_psytalla_horrida_1_blog_arthropodusMue chez Psytalla horrida
Source http://loft2.blog114.fc2.com

La reproduction est sexuée et facile à obtenir.
Le dimorphisme sexuel est marqué, le mâle adulte possède une excroissance ronde à l’extrémité antérieure de l’abdomen, le dessous de l’abdomen de la femelle est totalement lisse.

dimorphisme_sexuel_reduve_platymeris_biguttatus_blog_arthropodus.jpg
Quelques semaines après l’accouplement la femelle dépose ses œufs dans le substrat.
Les œufs sont marrons, ovales et mesurent 5 mm de long, ils sont totalement brillants et possèdent un opercule blanc.
L’incubation se fait dans une boite à la manière de l’incubation des œufs de phasmes pour ceux qui en élèvent.
Il suffit de les déposer dans une boite (type boite à grillons) remplie à 1/3 de vermiculite humide (sur ce substrat) et de refermer la boite en ayant pris soin de faire quelques trous sur le couvercle pour permettre un renouvellement d’air.
Il est possible d’utiliser d’autres substrats d’incubation comme de l’essuie-tout humidifié, de la tourbe, de la fibre de coco ou même du sable, l’important est de surveiller et d’éviter l’apparition éventuelle de moisissures sur les œufs.
L’incubation dure 4 à 6 semaines suivant la température (de 20 à 30°C).

reduves_psytalla_horrida_3_blog_arthropodusJeune Psytalla horrida
Source http://loft2.blog114.fc2.com

Évitez de maintenir plusieurs espèces ensemble, les risques d’hybridation sont très élevés !
Et j’ai déjà croisé des pseudo-éleveurs qui faisaient passer des hybrides Platymeris biguttarhadamanthus pour une nouvelle localité…
D’ailleurs je précise également que Platymeris sp « Mombo » n’est pas le fruit de l’hybridation P. biguttata-rhadamanthus comme je l’ai déjà lu à plusieurs reprises sur certains forums ou groupes Facebook, mais bien une localité à part entière encore non décrite !

Platymeris_eggsPonte de P. biggutata
©Oscar Mendez
Jeune_Platymeris_biguttataJeune P. biggutata
©Oscar Mendez

Les jeunes à la naissance mesurent environ 5mm et ont l’abdomen et le thorax rouge, et les pattes jeunes. Le thorax vire au noir quelques jours plus tard.
Il peuvent vivre dans le même bac que les adultes mais dans ce cas il faut nourrir abondamment avec des proies de taille adaptée pour éviter tout risque de cannibalisme !
Les nouveaux nés seront nourris avec des micro grillons ou des drosophiles, les adultes mangeront tout ce qui passe (grillons adultes, vers morio, vers de farine, criquets migrateurs, blattes adultes, même de grosses Blaptica dubia)
La croissance dure entre 6 et 8 mois et les jeunes feront 6 mues pour atteindre le stade adulte.
Les adultes vivent en moyenne 1 à 2 ans.

platymeris_rhadamanthus_subadultPlatymeris rhadamanthus subadultes, ©Oscar Mendez

N’hésitez donc pas à vous lancer dans l’élevage de ces espèces, attention toutefois ces grandes réduves sont capables d’expulser leur salive par le rostre en direction d’un agresseur potentiel, n’oubliez JAMAIS de vous protéger les yeux pour toute action du quotidien!  (nettoyage du terrarium, alimentation…)

Source:
– Un grand merci à Oscar Mendez pour me permettre l’utilisation de ses photos !
N’hésitez pas à visiter sa galerie Flickr
– Le site http://loft2.blog114.fc2.com
– Visitez la chaîne YouTube de Андрей Хоменко
– Revue Insectes N°109, 1998
-Merci à Romain pour sa photo de dimorphisme, n’hésitez pas à visiter sa page Facebook « L’nsectarium »

Publicités
Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage insectes, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s