Fiche d’élevage des Serpents des Pins, Pituophis melanoleucus (Daudin, 1803) ssp

Règne: Animalia
Embranchement: Chordata
Classe: Reptilia
Sous-classe: Lepidosauria
Ordre: Squamata
Sous-ordre: Serpentes
Infra-ordre: Alethinophidia
Famille: Colubridae
Sous-famille: Colubrinae
Genre: Pituophis
Espèce: Pituophis melanoleucus (Daudin, 1803)

Origine
Le genre Pituophis fut décrit par Holbrook en 1842.
L’origine du nom Pituophis divise les auteurs. Pour certains, il viendrait du grec « pity » qui veut dire: pin et « ophios » qui veut dire: serpent. Pour d’autres, les racines seraient latines et grecques. De « pituitarius »: sifflement et « ophios »: serpent.
La première origine est la plus largement acceptée, cependant la deuxième semble la plus applicable.

Systématique
Comme pour l’origine, la systématique du genre Pituophis est incertaine. En 2000, Rodríguez-Robles, J.A. & De Jesús-Escobar, J.M ont révisé ce genre et ont replacé certaines sous-espèces (affinis, annectans, bimaris, catenifer, deserticola, sayi, vertebralis) de Pituophis melanoleucus chez Pituophis catenifer.

Seules maintenant sont valides les sous-espèces suivantes.
Pituophis melanoleucus melanoleucus (Daudin, 1803)
Pituophis melanoleucus lodingi (Blanchard, 1924)
Pituophis melanoleucus mugitus (Barbour, 1921)

Avec tous ces changements de systématique, les noms communs des espèces et sous-espèces du genre Pituophis sont confus. On rencontre dans la littérature les noms suivants (serpent taureau, serpent des pins, serpent taupe, serpent gopher).

En ce qui concerne Pituophis melanoleucus, le nom commun approprié est serpent des pins.

Pituophis melanoleucus melanoleucus : serpent des pins du Nord
Pituophis melanoleucus lodingi : serpent des pins noir
Pituophis melanoleucus mugitus : serpent des pins de Floride

Répartition géographique
La répartition géographique du Pituophis melanoleucus se trouve à l’Est des Etats-Unis. Du New-Jersey au Nord (Pituophis melanoleucus melanoleucus) jusqu’en Louisiane au Sud (Pituophis melanoleucus lodingi).

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_1Distribution ©Google Images

Elle se réparti ainsi selon les sous-espèces :

Pituophis melanoleucus melanoleucus : New Jersey (Sud), Virginie (Ouest), Caroline du Nord (Sud), Kentucky (Sud/Est), Caroline du Sud (Ouest), Tennessee (Est), Georgie (Nord), Alabama (Sud).
Pituophis melanoleucus lodingi : Alabama (Sud/Ouest), Missisippi, Louisiane (Est), Floride.
Pituophis melanoleucus mugitus : Caroline du Sud (Sud), Georgie, Floride (Sud).

Biotope
Pituophis melanoleucus ssp fréquentes des biotopes variés. Ces biotopes partent des côtes de l’océan Atlantique jusqu’aux régions montagneuses, mais aucun biotope se trouve à plus de 700 m d’altitude. Ils vivent dans les régions boisées (pinèdes, forêts de chênes), les prairies buissonneuses, les plaines, les exploitations agricoles, pâturages.
Les serpents des pins évitent toutes zones humides

Description
Aspect
Les spécimens Pituophis melanoleucus ssp sont des grands et puissants colubridés.
Leur tête est distincte du cou, avec un museau pointu recouvert d’une écaille rostrale agrandie. Les spécimens du genre Pituophis possèdent plus d’écailles sur le dessus de la tête que tout autre colubridé, avec quatre écailles préfrontales au lieu des deux habituelles. Ils possèdent de grands yeux ronds. Une bande sombre traverse le front à l’avant des yeux. Leur écaillure est fortement carénée.

Coloration
Pituophis melanoleucus melanoleucus est considérée en général par les terrariophiles la plus belle.

La coloration de fond de Pituophis melanoleucus melanoleucus est beige clair, presque blanche dans la plus grande majorité des spécimens. Elle peut cependant être jaunâtre, brunâtre, gris clair ou rougeâtre. Sur le dos, se trouvent de 25 à 32 dessins noirs ou sépia très bien définis, partant du cou, devenant de plus en plus espacés en allant vers la queue, tout en passant du marron foncé pour finir brun rougeâtre vers la queue. Sur celle-ci, on trouve de 5 à 8 taches. Sur les flancs se trouvent de multiples petites taches. La face ventrale est blanche, jaunâtre généralement maculé de noir.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_3P. m. melanoleucus ©Kevin Messenger

La livrée et les dessins de Pituophis melanoleucus mugitus sont assez proches de Pituophis melanoleucus melanoleucus. La différence essentielle réside dans la couleur de fond, qui est très variable. Elle va du blanc au gris pâle ou gris cendré, en passant par brun rougeâtre ou bronze. Sur le dos, se trouvent de 25 à 31 dessins, mal définies sur la partie antérieure du dos, devenant plus distinctes sur la partie postérieure. Elles sont elles-mêmes fortement variables, étant presque invisibles chez certains spécimens, brun-rougeâte, brique, bronze foncé. Sur la queue, on trouve de 5 à 10 taches.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_2Pituophis m. mugitus ©Pierson Hill

La couleur de fond de Pituophis melanoleucus lodingi est uniformément noire ou marron foncé. De faibles dessins peuvent s’apercevoir sur la partie postérieure du corps ou sur la queue.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_4P. m. lodingi ©HGHjim

En Floride, le croisement naturel entre Pituophis melanoleucus lodingi et Pituophis melanoleucus mugitus donne naissance à des spécimens de couleur noir ou brun très foncé, avec une face ventrale blanchâtre parsemée de taches noires.

Taille
Pituophis melanoleucus melanoleucus: de 130 à 160 cm. Maximum connu 210 cm.
Pituophis melanoleucus lodingi: de 120 à 160 cm. Maximum connu 230 cm (spécimen appartenant à un terrariophile suédois).
Pituophis melanoleucus mugitus: de 120 à 170 cm. Maximum connu 228 cm.

Biologie
Mœurs
Les Pituophis melanoleucus ssp sont terricoles. Ils fréquentent les sols sableux (typique d’une bonne partie de son aire de répartition) pour y creuser des terriers ou la litière des sous-bois, dans lesquels ils passent la journée. Ils profitent aussi de refuges sombres touts faits, du style terriers de rongeurs, tas de bois, crevasses, cavernes. Actifs le matin et en fin de journée, il profite de ces moments pour partir en chasse. Si les températures deviennent trop élevées, les serpents des pins transfèrent leur activité principale en fin de journée jusqu’aux premières heures de nuit.

Peu enclin à grimper, certains spécimens surtout les jeunes, peuvent quand même se rencontrer dans des buissons pour aller se nourrir en pillant les nids de ses occupants.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_7La « quille » cartilagineuse devant la glotte permet la
production d’un soufflement fort et intimidant
©Kevin Stohlgren

Nourriture
L’alimentation naturelle des Pituophis melanoleucus ssp est composé de gopher ou spermophile (animal voisin de l’écureuil mais aux mœurs terrestres et doté d’une queue courte). Elle se compose aussi de rongeurs, d’oiseaux, de volailles ainsi que de leurs œufs. Le fait de manger de la volaille ne rend pas toujours, aux yeux des fermiers, très sympathique les serpents des pins.

Comportement
Les Pituophis, en général, ont mauvaise réputation.
Les Pituophis melanoleucus ssp ont tendance à ouvrir en grand leur gueule, à souffler et à faire vibrer leur queue lors que l’on essaie de les attraper, voire lorsqu’ils sont jeunes à frapper. Ces frappes sont défensives et se font généralement gueule fermée. Une fois toutes ces attitudes d’intimidation passés et une fois dans la main, les serpents des pins sont aussi calmes qu’un « Pantherophis guttatus« .

Reproduction
Selon l’aire de répartition des serpents des pins, la durée de la période d’hibernation varie. Elle peut commencer en septembre et finir en avril.
Pour Pituophis melanoleucus mugitus, il arrive, dans sa partie la plus au sud de son aire de répartition, de trouver au mois de décembre des spécimens encore en activité.
La période d’accouplement commence quant à elle, juste après la sortie d’hibernation et dure jusqu’en mai ou juin.
Après une gestation de 6 à 8 semaines, une ponte allant de:
Pituophis melanoleucus melanoleucus: 4 à 24 oeufs.
Pituophis melanoleucus lodingi: 4 à 8 oeufs
Pituophis melanoleucus mugitus: 4 à 8 oeufs.
est déposée en juin ou juillet.

La taille des oeufs est comprise entre:
Pituophis melanoleucus melanoleucus: 45 et 70 mm de long pour un diamètre de 25 à 45 mm
Pituophis melanoleucus lodingi: 70 et90 mm de long pour un diamètre de 30 à 45 mm.
Pituophis melanoleucus mugitus: 70 et 110 mm de long pour un diamètre de 30 à 50 mm.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_6Ponte de Pituophis m. melanoleucus en captivité ©HGHjim

La femelle dépose sa ponte dans un trou, creusé par ses soins, dans un substrat sablonneux. Ces emplacements sont utilisés pendant plusieurs années par la femelle, ainsi que d’autres.
Les nouveau-nés naissent en août/septembre (Pituophis mlanoleucus melanoleucus) ou septembre/octobre (Pituophis melanoleucus mugitus).
Ils ont alors une longueur de:
Pituophis melanoleucus melanoleucus: 35 à 50 cm
Pituophis melanoleucus lodingi: 40 à 50 cm
Pituophis melanoleucus mugitus: 36 à 60 cm

La coloration correspond plus ou moins aux spécimens adultes, mais la couleur de base est, généralement, légèrement plus lumineuse.
Pour les jeunes Pituophis melanoleucus lodingi, leur coloration peut être noire ou brun noir. Ils possèdent des dessins qui ressemblent à ceux du Pituophis melanoleucus melanoleucus. À la fin de la première année, le dessin disparaît et la plupart des animaux deviennent noir.

Vie en captivité
Terrarium
L’on rencontre souvent dans la littérature des tailles minimum de 80 x 40 x 50 cm pour maintenir les serpents des pins. Personnellement, je trouve ces dimensions un peu petites. Je maintiens mes spécimens adultes, quelque soit la sous-espèce, dans des terrariums de 105 x 60 x 60 cm. Des dimensions de 120 x 70 x 60 cm me paraissent être le maximum.

L’aménagement du terrarium doit être simple et sobre. Les décors devront être solidement fixés, les serpents des pins pouvant tout bousculer sur leur passage. Le substrat peut être composé de copeaux, ou de papier journal. Si l’on emploie ce dernier type de substrat, on peut dire adieux à l’esthétique car il sera constamment chiffonné. Les serpents des pins cherchant en permanence à passer en dessous. On peut, pour permettre aux spécimens de fouir, mettre à sa disposition un grand récipient rempli de copeaux.

Différentes cachettes seront disposées au sol et une grosse branche pourra être installé à l’horizontale. On peut aussi compléter le décor avec des plantes artificielles. Un récipient d’eau, toujours propre sera disposé au point froid. Celui n’aura pas besoin d’être grand, il est rare de retrouver un spécimen de Pituophis melanoleucus ssp dans son bac d’eau. Par contre, il devra être lourd, sinon il sera souvent renversé. Le taux d’humidité ne devra pas dépasser les 50%, et le sol devra être toujours sec.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_9Pituophis m. lodingi en position d’intimidation ©HGHjim

Le chauffage peut être par rayonnement ou par conduction (câble ou plaque placés sous le terrarium). Les température seront les mêmes pour les trois sous-espèces (melanoleucus, lodingi, mugitus). En journée, elles seront comprise entre 24 et 26° C, avec un point chaud à 28/30° C qui servira au spécimen, à se réchauffer le matin ou à digérer. La nuit, elles seront abaissées à 20/22° C.
L’éclairage devra être modéré, mais présent et d’une durée de 10 à 12 heures en période d’activité. Il sera dispensé par un ou deux tubes fluorescents, sans UV. Cet éclairage est important, car les serpents des pins n’ont en aucun cas de mœurs totalement nocturnes comme beaucoup de terrariophiles le pense, ou comme on peut souvent le lire.
Mes Pituophis melanoleucus melanoleucus et Pituophis melanoleucus lodingi sont en mouvement toutes la journée et ne vont nullement dans les cachettes, seul mes Pituophis melanoleucus mugitus sont plus discrets dans cette même période.

Nourriture
La prise de nourriture (proies mortes) ne pose, généralement, aucun problème. Certains spécimens de Pituophis melanoleucus lodingi, peuvent refuser toutes proies mortes d’un coup d’un seul, et n’accepter que des proies vivantes ou assommées. Les serpents des pins ayant un gros appétit, il faut veiller à ne pas suralimenter les spécimens détenus en captivité. Mes spécimens adultes mangent deux grosses souris, en un seul repas, toutes les deux semaines.
Les proies acceptées peuvent êtres des rats, des souris, de jeunes lapins, des hamsters et des poussins. Ces derniers devront être proposés que très occasionnellement.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_5Nourrissage d’un Pituophis m. lodingi ©cheynei_1

Reproduction
La reproduction de Pituophis melanoleucus ssp est facile et courante. Tous les spécimens, qui sont proposés, sont issus de captivité. Les Pituophis melanoleucus ssp sont, pour la plupart, protégés à l’état sauvage dans une bonne partie de leur aire de répartition.
Pour l’obtenir une reproduction (attendre l’âge de 3 ans pour une femelle), il faut commencer par faire une période d’hibernation de 2 à 3 mois à une température de 12/14° C et sans luminosité. Pour certains spécimens, une simple période de repos à 18° C, sans lumière et sans alimentation suffit.
Une fois, les spécimens sortis de cette hibernation, l’accouplement ne tarde pas. Il faut éviter de mettre plusieurs mâles ensemble. Des combats violents entre mâles sont fréquents. J’ai déjà perdu un mâle suite à des morsures reçues lors d’un combat.
Au bout de 6 à 8 semaines, une ponte comprise entre 4 (pour de jeunes femelles) et 14 œufs (jusqu’à 24 pour Pituophis melanoleucus melanoleucus) sera déposée dans le terrarium. Malgré une boite de ponte, il arrive très fréquemment que la ponte soit faite n’importe où dans le terrarium (c’est le cas, pour toutes mes pontes de serpents des pins).
Une fois, la ponte faite, il faut mettre les œufs dans un incubateur. Et c’est là que le point le plus délicat arrive. La température de l’incubation doit être comprise entre 25 et 27° C, avec un taux d’hygrométrie entre 90 et 100%, en faisant attention à ne pas dépasser la valeur maximale. Une incubation avec une température trop élevée, donne des juvéniles malformés ou mort-nés.

Les naissances arriveront au bout de 60 à 67 jours d’incubation. Les nouveau-nés mesureront entre 35 et 60 cm selon la sous-espèce.
L’alimentation de ces jeunes ne pose aucun souci, seul quelques rares spécimens refusent leur premier repas, après la mue post natale. Ces premiers repas seront composés de souriceaux ou ratons.
Les jeunes seront élevés dans un premier temps à l’unité. Personnellement, je préfère les élever, dès leur premier repas pris, par deux. J’ai remarqué que les jeunes spécimens devenaient beaucoup plus vite sociable, et avaient moins tendance à vouloir mordre, élever ainsi.

Pituophis_melanoleucus_lodingi_mugitus_melanoleucus_blog_arthropodus_8Juvénile Pituophis m. lodingi ©cheynei_1

Conclusion
Les serpents des pins (Pituophis melanoleucus ssp) sont des spécimens qui ne posent aucun problème à maintenir. Avec de bonnes conditions de maintien, leur espérance de vie peut atteindre les 15 à 19 ans. Seule leur taille, leur réputation agressive peuvent être un frein lorsque l’on veut acquérir un serpent des pins.
Pituophis melanoleucus melanoleucus, a la réputation d’être la sous-espèce la plus agressive de toute. Ce qui lui vaut d’être la moins populaire chez les terrariophiles. En ce qui concerne mon expérience, je n’ai jamais rencontré de problème particulier d’agressivité chez le serpent des pins du Nord.
Pituophis melanoleucus mugitus, est un peu plus discret et farouche que les deux autres sous-espèces.

Sources:
– Un grand merci à Alain Moreau pour me permettre d’utiliser sa fiche !
Wikipedia
Google Images
Visitez la galerie Flickr de Pierson Hill
Visitez la galerie Flickr de Marshall University Herpetology Lab
Visitez la galerie Flickr de HGHjim
Visitez la galerie Flickr de cheynei_1
Visitez la galerie Flickr de Kevin Stohlgren

Publicités
Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage serpents, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s