Fiche d’élevage des criquets Locusta migratoria (le criquet migrateur) et Schistocerca gregaria (le criquet pèlerin)

Règne: Animalia
Embranchement: Arthropoda
Sous-embr.: Hexapoda
Classe: Insecta
Ordre: Orthoptera
Famille: Acrididae
Tribu: Locustini
Genre: Locusta
Espèce: L. migratoria (Linnaeus, 1758)
Règne: Animalia
Embranchement: Arthropoda
Sous-embr.: Hexapoda
Classe: Insecta
Ordre: Orthoptera
Famille: Acrididae
Tribu: Cyrtacanthacridini
Genre: Schistocerca
Espèce: S. gregaria (Forsskål, 1775)
cameleon_blog_arthropodus_locust

Le criquet, une proie de choix pour les caméléons ©Indigo Revolution

Généralités
Les criquets sont des insectes sauteurs de l’ordre des orthoptères.
Plusieurs d’entre eux sont tristement connus pour les dégâts qu’ils occasionnent sur les agricultures, il s’agit du criquet pèlerin (Schistocerca gregaria) et du criquet migrateur (Locusta migratoria), mais de nombreuses autres espèces sont aussi incriminées.

Ces grands criquets font partie de la catégorie des locustes. C’est un groupe de plusieurs espèces de criquets grégariaptes. Contrairement aux criquets sauteriaux, ils sont capables de transformation phasaire, en densité faible ils sont dit en phase solitaire, en densité forte ils sont en phase grégaire.
En général les phases solitaires sont plus grandes que les phases grégaires, et les couleurs peuvent varier d’une phase à l’autre, et même le nombre de mues pour devenir adultes.

Ces insectes sont même nommés dans la Bible, où ils furent une des dix plaie de l’Egypte dans le livre de l’Exode, cette scène apparait également dans plusieurs films.
« […] Elles recouvrirent la surface de toute la terre et la terre fut dans l’obscurité ; elles dévorèrent toutes les plantes de la terre et tous les fruits des arbres, tout ce que la grêle avait laissé et il ne resta aucune verdure aux arbres ni aux plantes des champs dans tout le pays d’Égypte […] »
— Exode 10:13-14,19

essaim_criquets_migrateurs_blog_arthropodus

Essaim de criquets ravageant les cultures ©Google

Locusta migratoria
C’est un criquet d’assez grande taille 35-50mm pour le mâle et 45-52mm pour la femelle.
En phase grégaire, leur couleur est variable, gris jaunâtre avec des parties vertes et des dessins brun peu marqués.
Vertex convexe, caréné au milieu et séparé de la côte frontale par une petite saillie transversale.
Elytres longs, ponctués de brun.
Les cerques du mâle sont coniques et pointus à leur extrémité.

Schistocerca gregaria
Il est d’une taille supérieure à celle de Locusta migratoria.
Le mâle fait 60 à 75 mm de long, et la femelle 70 à 90 mm.
En phase grégaire, sa couleur dominante est le rouge- brun.
Son tubercule prosternal est visible, placé sur la face ventrale, entre la base des pattes antérieures.
Les ailes sont transparentes, jaune pâle, rosâtres ou rougeâtres.
La forme des cerques du mâle – très caractéristique- est carrée.
Les larves sont jaunes, maculées de noir.

Chez les deux espèces les jeunes à la naissance font entre 5 et 10mm.

Le cycle de vie du criquet
Au cours de sa vie, la larve va faire 5 mues pour devenir adulte.
Ces insectes sont dits hétérométaboles, cela veut dire que la larve ressemble à l’adulte mais s’en distingue par la taille et l’absence d’appareil génital et d’ailes, on parle de métamorphose incomplète (à la différence des insectes holométaboles, à métamorphose complète, comme les papillons qui passent par les stades chenille>chrysalide>imago).

Lors de la mue, le criquet se suspend tête en bas ce qui lui facilite son extraction tête la première pour finir par le bout des pâtes. Il dévore ensuite sa mue restée accrochée ce qui est pour lui une source nutritive non négligeable, mais ce n’est pas une généralité.

cycle_du_criquet_blog_arthropodus

Cycle du criquet à gauche (hétérométabole) et du papillon à droite (holométabole) ©Larousse

Maintenance
Ces deux criquets sont élevés de la même façon, dans un vivarium très aéré (40x40x50cm, pour une vingtaine d’individus).
Il est possible d’utiliser de grands seaux, même des poubelles, de grands terrariums, flexariums, cages grillagées…
La température doit osciller entre 30-35°C le jour et 22°C la nuit. Pour arriver à ces températures il est possible d’utiliser un câble chauffant ou une ampoule de 40/60W.
Les criquets sont des insectes diurnes, ils ont besoin d’un cycle jour/nuit marqué (contrairement aux blattes qui peuvent être élevées uniquement dans l’obscurité).
Ils ont besoin de nombreux supports pour muer et se rapprocher des sources de chaleur, il est possible d’utiliser des « tubes » faits en grillage, des boites à œufs, des branches….
Du papier absorbant, plus pratique pour le nettoyage, remplacera le substrat, il est aussi possible de ne rien mettre du tout, les déjections  sèchent très vite et ne sentent pas, le nettoyage en est facilité.

terrarium_locusta_migratoria_schistocerca_gregaria_blog_arthropodus

Exemple de terrarium ©Tropikariet

Séparation des différents stades
Contrairement aux grillons, les criquets ne sont pas cannibales, et ne chercheront pas à manger leurs œufs.
Dans des cas extrêmement rares un individu en mue peut être attaqué par ses congénères mais cela reste exceptionnel.
Il n’est donc pas nécessaire de séparer les criquets de différentes tailles, à part si d’un point de vue organisationnel vous souhaitez avoir des bacs avec des individus de taille identique.

Alimentation
Les criquets mangent énormément, ils peuvent avaler leur poids en végétaux tous les jours. C’est le principal inconvénient de leur élevage.

A la belle saison ils sont faciles à nourrir, on peut leur donner toutes sortes d’herbes.
L’idéal reste le blé que l’on peut faire germer en barquettes pour avoir un roulement (valable pour un petit élevage, cela devient rapidement difficile à gérer) ou les grandes herbes dures que l’on trouve facilement (comme le chiendent Elymus repens par exemple). Si vous avez des bambous non traités ils mangent aussi les feuilles.
J’ai remarqué qu’ils préfèrent ces graminées à des herbes plus « molles ».
Il est possible de complémenter leur alimentation avec une coupelle remplie d’un mélange de son et de nourriture pour poisson par exemple.

Les choses se corsent avec l’hiver quand les herbes deviennent difficiles à trouver.
Dans ces cas là on peut se rabattre sur certains légumes comme l’endive, la mâche, les feuilles de chou vert… Il faut varier, car les criquets sont assez difficiles.
Bien sur on peut aussi les complémenter avec du son de blé ou des paillettes pour poisson, voire même des croquettes pour chien.

Il est aussi possible de préparer une gelée nutritive qui peut être utilisée l’hiver (ou toute l’année ou en complément d’herbe à la belle saison)

Gelée pour criquets

Ingrédients:
Agar-agar 20g (pharmacie).
Germe de blé 25g (magasins de produits diététiques).
Poudre de pissenlit 30g.
Poudre de carottes 30g.
Poudre de feuilles de trèfle 20g.
Farine de maïs 10g.
Nipagine (en pharmacie, c’est un anti -moisissures et fongicide) 0.15g.
Poudre de vitamines (mélange polyvitaminé en vente en pharmacie ou animalerie) ½ cuillère à café.
Eau distillée 650ml.

Préparation:
Ramasser des feuilles de pissenlit et les feuilles de trèfles dans un endroit non souillé de pesticides et insecticides, les faire sécher au soleil (ou au four à 60°C), en faire une poudre stockée dans des boîtes hermétiques à l’abri de la lumière.
Râper les carottes et faire sécher les râpures au soleil ou au four.

1) Cuire l’Agar-agar dans la moitié de la quantité d’eau pendant (15 mm dans un auto cuiseur ménager).
2) dans la moitié d’eau restante verser le reste des ingrédients sauf les vitamines et nipagine.
3) après la cuisson l’agar est liquide, mélanger les 2 préparations sans interrompre le brassage.
4) quand le mélange est à 50°C environ, ajouter les vitamines et la nipagine.
5) le milieu est encore liquide à cette température; verser la préparation dans un bac à glaçons et laisser refroidir.

Après refroidissement, retirer les petits cubes de préparation en gelée et les placer dans un sac de congélation,on congèle le tout. Avec 1 cube, on nourrit une dizaine d’adultes pendant un jour.

Hydratation
Les criquets boivent en mâchant, pour les hydrater et leur apporter de l’eau il est possible d’utiliser plusieurs techniques

  • Leur donner des morceaux de fruits (pomme, orange…)
  • Humidifier tous les jours un morceau d’éponge dans leur terrarium
  • Utiliser un abreuvoir à oiseaux et le boucher avec de la laine de perlon (ou une autre laine d’aquariophilie qui ne moisit pas, évitez le coton)
pomme_locusta_migratoria_schistocerca_gregaria_blog_arthropodus

Locusta migratoria mangeant de la pomme ©Geneviève

Sexage
Le sexage des criquets se fait au niveau des cerques qui sont au bout de l’abdomen.

Reproduction
La reproduction est très aisée, les femelles sont prêtes 3 jours après leur mue imaginale.
L’accouplement dure plusieurs heures.
Disposer dans les terrariums, des petites barquette en plastique de 15x10x10cm (ou des bouteilles coupées) dont on aura garni le fond d’une petite couche de vermiculite, qui restera toujours humide, recouverte de sable fin, ou d’un mélange de tourbe et de sable pour avoir un substrat assez léger.
Aseptiser d’abord le substrat de la barquette en plaçant le sable dans un four chaud pendant quelques minutes ou en le passant une minute au micro-ondes.
Le substrat de ponte doit toujours être humide mais pas détrempé.
La ponte en elle même dure 3 heures environ. Une heure et demi pour creuser le sol, une demi-heure pour pondre, une heure pour se retirer. Chaque femelle libère alors une oothèque, contenant de 60 à 120 œufs, qui mettra trois semaines à se développer.
Pendant la ponte l’abdomen de la femelle double en longueur.
Laisser la barquette une quinzaine de jours et la remplacer par une autre, mais vous pouvez aussi la laisser plus longtemps dans le terrarium (si vous n’utiliser qu’un bac d’élevage)
Les jeunes larves seront nourries de la même façon que les adultes, leur développement assujetti à la température, on obtient des adultes en 3 mois.

Entretien
Il faut vérifier quotidiennement les bacs (changer la nourriture, enlever les mues, les cadavres, humidifier l’éponge et le bac de ponte), ce qui demande un peu de temps sans que cela soit excessif.
Il n’est pas nécessaire de retirer les déjections, qui sèchent rapidement, donc ne fournissent pas d’emplacement de développement pour lesbactéries sauf si celles-ci tombe directement sur la nourriture.

Commencer un élevage
Il est conseillé de commencer son élevage avec des sub-adultes et des adultes, afin d’éviter d’avoir trop rapidement des morts chez les reproducteurs.
Ainsi une fois les sub-adultes arrivés à maturité ils reprendront le cycle des adultes en fin de vie pour ne pas perdre de temps lors du démarrage.

Sources
– La fiche de Jean-Jacques PERES, El Padre, mon mentor 🙂
– Le site Tanalahy – Elevage et photos de caméléons

criquet_migrateur_locusta_migratoria_blog_arthropodus_index

Locusta migratoria adulte ©M. Gunther/BiosPhoto

Publicités
Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage des proies, Fiches d'élevage insectes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s