Fiche d’élevage: les escargots géants sud-américains Megalobulimus oblongus (Müller, 1774)

Règne: Animalia
Embranchement: Mollusca
Classe: Gastropoda
Sous-classe: Pulmonata
Ordre: Stylommatophora
Famille: Strophocheilidae
Sous-famille: Megalobuliminae
Genre: Megalobulimus
Espèce: M. oblongus (Müller, 1774)

Taxonomie
Un certain nombre de sites ont des escargots exactement décrits et énumérés comme Bulimulus. Cependant, après avoir parlé à un exportateur, on m’a dit qu’il n’y avait pas encore d’étude des escargots terrestres à la Barbade ou du moins les autorités locales n’en ont jamais entendu parler.

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_6

M. oblongus à pied clair

Le genre Megalobulimus compte plus de 125 espèces, des fossiles ont été retrouvés et même des bijoux faits à partir de coquilles d’escargots, et l’espèce M. oblongus compte 7 varietas, en fait ce ne sont pas des taxons officiels mais un classement semblable aux sous-espèces qui regroupent ces variétés par caractéristiques spécifiques (localisation, couleur…)

Donc nous avons :

Genre Megalobulimus oblongus (Müller, 1774), Brésil

  • Megalobulimus oblongus var. albolabiata (E.A.Smith, 1894)
  • Megalobulimus oblongus var. conicus (Bequaert), Brésil
  • Megalobulimus oblongus var. formicacorsii (Barattini & Alcalde-Ledón, 1949)
  • Megalobulimus oblongus var. haemastomus (Scopoli 1786), Uruguay, Brésil
  • Megalobulimus oblongus var. intertextus (Pilsbry, 1895)
  • Megalobulimus oblongus var. lorentzianus (Doring 1876), Argentine
  • Megalobulimus oblongus var. musculus (Bequaert 1948)
megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_7

Détail de la bouche ©petsnail.co.uk

Distribution
Originaire de certaines zones néo-tropicales de la planète, dont l’Argentine, le Brésil, la Colombie et l’Uruguay.
Ils se sont cependant répandus dans diverses parties des Caraïbes, y compris la Jamaïque, la Martinique, la Barbade et les Petites Antilles.

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_11

Distribution des différentes espèces de Megalobulimus en Amazonie ©scielo.org.pe

Durée de vie
Jusqu’à 14 ans. Le plus vieux recensé à ce jour était âgé de 17 ans.

Description
Ces escargots font environ 7 à 8 cm de coquille, l’espèce elle-même peut atteindre 7 à 11cm de coquille.
Ils sont assez élégamment courbés avec une coquille légèrement bulbeuse qui est rigide. La coquille est crème menant à quelques taches de châtaigne / rose.
La deuxième spirale plus importante a un renflement caractéristique. La columelle n’est pas tronquée et dans mes spécimens elle est du rose pâle au plus rouge .
La lèvre de la coquille rose est différente des autres escargots que j’ai vu. Étant recourbée sur elle-même d’une manière très rigide et épaisse.
Le corps est différent des escargots Achatininae , ils ont des corps plutôt gélatineux qui sont un peu plus plats. comme une huitre sans la coquille en texture et surtout doux comme de la soie .

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_2

Le premier en haut a gauche vient d’Angleterre , celui a coté de lui « pied clair » de Guadeloupe , les deux du bas viennent de chez Jana

Ils produisent moins de mucus et semblent avoir beaucoup moins d’aspiration, le plus fort venant de plus bas le pied. Les escargots eux-mêmes semblent assez lourds bien que leur corps extérieur ne fonctionne pas. On a l’impression de les voir tirer leur corps comme avec un boulet attaché au pied , mais restent pourtant très gracieux.
Le corps est d’un gris bleuâtre avec des tubercules plus bruns . Le pied est crème ou gris foncé , un de mes spécimens est gris à bords jaunes.

Ils ont des bouches énormes avec un rabat de chaque côté qui contient une rangée de frondes qu’ils utilisent comme des mains pour apporter a leur bouche la nourriture. Chaque fronde semble capable de mouvement indépendant. Ils les utilisent certainement comme un moyen de sentir autour d’eux leur environnement.
Ils les font vraiment onduler et les remuer sur des morceaux de nourriture.

On dirait qu’ils bougent doucement et lentement comme nous pourrions le faire avec nos doigts. Leurs œil-tiges / tentacules sont proportionnellement plus petits que d’autres escargots, comparés à leurs têtes assez petites . Ils ont une apparence quelque peu différente de la forme plus mince et simplifiée des espèces plus habituelles. Ils ont l’ouverture génitale visible, mais plus petit et moins gonflé.

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_4

Accouplement

Comportement
Ce sont des animaux à tendance nocturne peu craintifs.
Ils creusent des tunnels et peuvent se cacher des heures entières voir même deux jours consécutifs. Leurs tunnels sont longs et très profond. Même s’ils sont plutôt nocturnes, une fois qu’ils ont pris leurs rythme , ils deviennent actifs, ils ne sont pas du tout timides.
Ils font de longues galeries souterraines d’où l’importance d’un bon substrat composé de feuilles de chêne , de bois mort et en décompositions , de lichens , de mousse , de terre légère , ils ressortent généralement par là où ils sont entrés, mais certains n’hésites pas a utiliser les galeries déjà présentes.

Si vous êtes intéressé vous trouverez ici un lien vers un article permettant de préparer votre propre substrat forestier. 

Une bonne épaisseur de substrat est nécessaire à leur bien-être, comptez au moins 15cm.
Ils ne renversent jamais un œuf qu’ils croisent sur leur chemin, ils s’en détournent , ce qui laisse a penser un vrai sens olfactif , apparemment d’après quelques discussions avec des ami(e)s ils sécréteraient une salive tout autour du lieu ou ils les ont déposés.

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_5

Terrarium tropical naturel planté

Notes de maintenance

  • Température
    Les conditions de soins tropicaux (hygrométrie et températures du pays d’origine) sont appropriées. Comme avec tous les escargots tropicaux, ils peuvent avoir besoin de chaleurs supplémentaires à certaines périodes de l’année.
    En dessous de 20 ° C et plus de 26 ° C, ils ont tendance à devenir moins actifs donc quelque par entre ces deux est idéal, une fourchette de 22 à 24°C semble donc idéale.
  • Alimentation
    Ils mangent des quantités abondantes de verdure, et des quantités minuscules de fruits  » pomme, banane, papaye et parfois de peau de concombre et des lamelles de carottes bio.
    On ne peut que supposer que la verdure (pissenlit, plantain etc ) est le menu le plus proche de ce qu’ils mangent normalement à l’état naturel .
    Ils acceptent facilement le pissenlit , le plantain , le trèfle , le bananier , la callisia et les feuilles de radis .ils sont principalement mangeurs de feuilles. le tranchage de leur nourriture extrêmement fin est efficace quand ils sont jeunes .
megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_3

Le repas

Reproduction
Incubation : ma méthode
J’ai donc décidé de placer les œufs en boites (celles-ci sont percées de chaque cotés ) J’utilise au fond le même substrat que celui utilisé dans les terrariums: une couche de deux centimètres, j’y dépose les œufs (ne plus les bouger par la suite ).
L’hygrométrie varie entre 75 et 90% .
La température varie de 26 le jour à 23°C la nuit.
Si l’œuf est fécondé, l’incubation dure environ 1 mois.

Mon expérience personnelle, l’aventure Megalobulimus
J’ai commencé avec deux spécimens adultes il y a moins de deux mois . Un venant de Guadeloupe l’autre d’Angleterre , et en moins de deux mois à la maison j’ai déjà 6 œufs .
Leur terrarium est entièrement planté « bananier , Callisia, Kalanchoé » beaucoup d’humus , de souches, de feuilles mortes ,de lichens , de bois pourri etc .
Apparemment cela semble fonctionner , ils sortent même le jour maintenant.
Je viens d’en adopter deux de plus adultes aussi venant d’une amie , le soir de leur arrivée à la maison , ils m’ont pondu 3 œufs « un gros coup de chance je dois dire » et j’ai de suite remercié mon amie.
Pour le moment les œufs sont laissés dans le terrarium qui est assez grand pour pouvoir le faire , enfouis assez profondément , j’attends patiemment leurs éclosions .
Dates des deux pontes (du 23 au 28/05/2017 ) pour mes deux premiers Megalobulimus oblongus et la deuxième a commencé le 30/05/2017 .
Il était apparemment déconseillé de retirer les pontes pour les mettre en boites d’incubations, j’ai donc laissé faire les choses naturellement cette fois ci , mais je pense équiper un autre petit terra avec les mêmes paramètres juste pour les pontes.

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_1

Premières naissances

…….Quelque temps plus tard …….
Une amie a testé l’incubation en boite , et a eut des naissances , donc il faut encore tester et voir ce qui fonctionne ou pas .Bien-sûr je vous donnerai la suite des évènements et au 3 juillet 2017 j’ai 21 œufs …..je laisse faire les choses naturellement.

…..Quelque temps plus tard…..
Le 07/07/1917 j’ai la joie d’avoir deux naissances ce jour /+2 œufs trouvés le 15/08/17. J’en suis à 5 naissances 36 œufs et 4 nouveaux adultes qui vont arriver à la maison .
J’ai décidé de tenter depuis quelques temps de mettre les œufs dans un petit terrarium et tout va bien a ce jour.
Au 24/09/17 j’ai 18 bébés de nés et 31 œufs en petit terrarium.
J’ai une superbe nouvelle : 3 bébés albinos , un rêve de plus qui se réalise 🙂

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_8

Ponte

Quelques informations supplémentaires sur les escargots
Cette espèce se nourrit préférentiellement d’herbes et de restes de végétaux et NON de plantes de jardin, de sorte que vos plantes ou vos plantations décoratives ne sont pas en péril.
En outre, nous pouvons les nourrir avec des déchets végétaux (par exemple la laitue, courgette, carotte de l’agriculture biologique ou votre propre potager), des coquilles d’œufs râpés ou, de temps en temps, avec des légumes en décompositions.
Ils contribuent à l’aération du sol, à sa fertilisation. Au cours de leurs mouvements, ils ont créé des tunnels qui permettent l’aération des racines des plantes (similaires aux vers de terre).
– Il sont acteurs de l’écosystème car en se nourrissant des restes de plantes (tiges, feuilles, branches et racines mortes) et avec ses déchets, ils fertilisent la terre.
– L’escargot terrestre nourrit différents animaux en tant qu’oiseaux nocturnes (par exemple les hiboux).
– On pense que les escargots peuvent aussi participer à la pollinisation de certaines plantes, semblables aux insectes et aux oiseaux.
– En outre, les escargots sont souvent utilisés comme indicateurs de la qualité du sol, car les niveaux de contaminants dans les tissus de cet escargot peuvent être analysés.
– La boue (mucus) de ce groupe d’escargots a été traditionnellement utilisée par certaines personnes en Amérique pour guérir les plaies et traiter les fissures de la peau (talons).
-Enfin, pour des raisons historiques et environnementales, ces escargots font partie du patrimoine culturel et du patrimoine naturel de nombreux pays et régions de notre belle planète. Cette espèce a été d’une grande valeur pour les peuples indigènes des provinces, qui ont utilisé leurs coquilles dans le cadre de leur univers symbolique, et possède également un fort potentiel scientifique en tant qu’indicateur écologique (« espèces phares »), études paléoclimatiques telles que l’environnement durable et thérapeutique ou cosmétique (bave d’escargot) ainsi que pour son usage artisanal (bijoux en coquilles)

megalobulimus_oblongus_blog_arthropodus_10

Coquilles de différentes espèces ©C&A Evanno

Appel à la conservation d’un escargot indigène de la province de Córdoba .
L’objectif de cette enquête est de disposer d’informations préliminaires fournies par la communauté de la province de Córdoba et vise à élaborer une stratégie de conservation pour l’espèce Megalobulimus lorentzianus, est actuellement menacé par la destruction de leurs habitats et l’arrivée imminente d’espèces invasives.

Si les escargots géants vous intéressent n’hésitez pas aussi à lire l’article sur l’élevage des escargots géants africains Achatina et Archachatina 🙂

Source
Un grand Merci à Stéphanie Heulin pour le partage de ses connaissances, de sa fiche, de ses photos.
Vous pouvez suivre cette passionnée sur sa page FB PassionSnails Megalobulimus !

 

Publicités
Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage gastéropodes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Fiche d’élevage: les escargots géants sud-américains Megalobulimus oblongus (Müller, 1774)

  1. Mélina dit :

    j’aime me promener sur votre blog. un bel univers. Très intéressant. vous pouvez visiter mon blog naissant ( lien sur pseudo) à bientôt.

    J'aime

  2. lgartistry dit :

    Thanks for any other informative blog. Where else may I am getting that
    kind of info written in such an ideal means? I have
    a challenge that I am just now running on, and I’ve been at the look out for such information.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s