Fiche d’élevage du Diamant mandarin, Taeniopygia guttata (Vieillot, 1817)

Règne: Animalia
Embranchement: Chordata
Classe: Aves
Ordre: Passeriformes
Famille: Estrildidae
Genre: Taeniopygia
Espèce: Taeniopygia guttata (Vieillot, 1817)

Nom vernaculaire: Diamant mandarin, Mandarin, Zebra finch

carte_distribution_mutations_diamant_madarin_taeniopygia_guttata_blog_arthropodus_12
Quand on élève des serpents oophages , surtout juvéniles, comme les Dasypeltis ou pour varier l’alimentation de certains lézards il peut être très pratique d’avoir de tous petits œufs, la facilité d’élevage du Mandarin permet cela sans un énorme investissement, ni de grands aménagements.
De plus suivant la taille des reptiles maintenus les œufs de caille que l’on trouve dans le commerce peuvent être trop gros.

oeuf_diamant_mandarin_zebra_finch_blog_arthropodus

Différents œufs d’oiseaux ©colombe-diamant

Les adultes peuvent également ponctuellement remplacer les rongeurs de taille équivalente (ou pour nourrir des serpents très difficiles, par exemple certaines espèces arboricoles d’origine sauvage en cours d’acclimatation) , toujours dans un objectif de diversité alimentaire même si leur élevage reste plus fastidieux que les rongeurs (petite remarque, les selles des serpents nourris avec des oiseaux sont souvent plus liquides et plus odorantes que celles d’animaux nourris avec des rongeurs).

dasypeltis_fasciata_blog_arthropodus-2

Dasypeltis fasciata ©Bill BOUTON

Le Diamant mandarin est une espèce d’oiseaux de la famille des Estrildidé. Parfois nommé Mandarin tout court, c’est le membre de cette famille le plus commun et le plus familier du centre de l’Australie.

Habitat et histoire naturelle
Le diamant mandarin est originaire d’Australie, d’Indonésie et des îles alentours, il est arrivé en Europe au début du XIVème siècle par des navires commerciaux.

On le trouve dans les régions humides d’Australie sur les côtes Nord et Sud-est. Ils apprécient la savane, les forêts clairsemées, en brousses où il y a de longues herbes et des d’épais buisson, à proximité des champs et des jardins, et à la périphérie des villes. Ils vivent en bandes très nombreuses La saison de reproduction là-bas au mois de janvier. Les nids, en forme de bouteille a une entrée latérale, sont faits avec des fibres végétales, au cœur des buissons, près des points d’eau. Les œufs sont couvés en alternance par le mâle et la femelle environ 15 jours.
Les petits quitteront les nids à 20 jours approximativement, pour être autonome à près de 40 jours. Ils sont adultes à 3 mois.

carte_distribution_mutations_diamant_madarin_taeniopygia_guttata_blog_arthropodus_11

Distribution (en vert: présent à l’état naturel, en orange: introduit) ©IUCN – Oiseaux.net

Description
Le Diamant mandarin mesure approximativement 12 cm de long pour un poids d’environ 13 grammes.
Sa tête et son cou sont gris bleu, le dos et les ailes sont gris brun, la poitrine gris-bleu est marquée de striure noire, le ventre est de couleur blanche ou beige, la queue noire avec des bandes blanches. Le croupion et la région ventrale sont blanchâtres. Le bec est rouge vif, les pattes sont brun-orange. Des joues oranges recouvrent tout la zone auriculaire et qui s’étend jusqu’à l’œil (qui est brun orangé) Sous l’œil, une ligne blanche bordée de noir. Les pattes sont rosées.

Le plumage de la femelle est uniforme nuancé sur la poitrine et le ventre. Elle ne présente pas de joues oranges, ni de dessins sur les flancs, son bec est plus pâle.

Les jeunes ressemblent à la femelle, mais avec des couleurs plus ternes et le bec noir, ils auront leur livrée adulte à 2 mois.

mutations_diamant_madarin_taeniopygia_guttata_blog_arthropodus_1

Forme nominale, mâle à gauche et femelle à droite ©Animogen

Comportement
Les diamants mandarins ont un comportement extrêmement grégaire, et il est rarissime d’apercevoir un individu isolé : ces oiseaux préfèrent évoluer en groupe de plusieurs couples. Mâles et femelles ne s’éloignent l’un de l’autre que lorsque le nid doit être gardé.

Mâle et femelle poussent divers cris d’appel plutôt nasillards, mais seul le mâle est capable d’émettre un vrai chant, propre à chaque individu.

Voilà un aperçu du chant de cet oiseau:


Alimentation

Ils se nourrissent d’un mélange de graines exotiques composé de différentes sortes de millet, coupé de 40% d’alpiste. On peut aussi ajouter un apport en verdure, style mouron des oiseaux, des semences d’herbes à demi-mûres, du millet en grappes.
Ne pas oublier le grit (mélange minéral), l’os de seiche, un complément en vitamines et la pâtée aux œufs en période d’élevage.

mutations_diamant_madarin_taeniopygia_guttata_blog_arthropodus_2

Mâle huppé ©Bart Houben

Reproduction en captivité
Le diamant mandarin s’élève aussi bien en cage qu’en volière, la reproduction en captivité est facile.
Il peut lui proposer plusieurs sortes de nids: nid boîte, nid tressés…
Comme matériaux pour la fabrication du nid proprement dit, il faut lui mettre à disposition, fibre de coco, sisal, herbe sèches, foin, mouron séché par exemple.
Le mâle participe aussi bien que la femelle à la construction du nid. Cela prendra quelques jours.
La femelle pond entre 5 à 8 œufs, parfois plus, elle est relayée par le mâle pour la couvaison qui dure entre 13 et 15 jours.
Les petits quittent le nid vers le 20ème jour et sont sevrés vers l’âge de 6 semaines.

Le Diamant mandarin convient aussi très bien pour élever des espèces d’Astrildidés plus rares.


Quel type de cage choisir pour mon mandarin ?

Les dimensions minimales sont de 40 cm X 25cm X 30 cm.
Les barreaux de la cage doivent être espacés de 10 à 12 mm pour le mandarin (comme pour tous les Astrildidés) et disposés verticalement. Il n’est évident de trouver une cage qui n’a que des barreaux verticaux, vous vous en rendrez compte. Le fond de cage doit être amovible pour faciliter le nettoyage.

Important: Choisissez une cage avec des barreaux de couleur foncée, en effet, les cages munies de barreaux blancs entravent une bonne observation de nos oiseaux.

Évitez de choisir une cage ronde: les mandarins se sentent plus en sécurité dans une cage rectangulaire où ils peuvent se réfugier dans un coin.

cage_mutations_diamant_madarin_taeniopygia_guttata_blog_arthropodus_6

Exemple de cage rectangulaire

La cage anglaise, qu’est-ce que c’est ?
La cage de type anglaise est une cage rectangulaire aux dimensions minimales de 60x30x40cm qu’utilisent les éleveurs en vue de la reproduction.
Cette cage a la particularité de posséder une façade grillagée chromée et 3 cloisons pleines qui préservent ainsi l’intimité de nos oiseaux.
Elle doit être munie d’une porte pour pouvoir y suspendre un nid.

Quelques conseils pour réussir l’élevage
Préparer la cage, d’abord, bien la nettoyer et désinfecter, prévoir de l’eau fraîche en fontaine, un mélange pour exotique, un os de seiche, du sable comme fond de cage, du grit dans un godet, de la pâtée aux œufs pour stimuler la reproduction.
La disposer dans un endroit calme, il ne faudra pas la bouger pendant toute la période de reproduction
Choisir un couple âgé au moins d’un an, en bonne santé. Le couple ne devra pas assurer plus de 3 couvées par an, afin de ne pas l’épuiser.
Compter qu’il faut environ 14 heures de luminosité par jour.
Une fois la cage prête, installer le couple, disposer le nid une semaine après avec tout le matériel nécessaire (sisal, charpie,…). Libre à chacun de choisir le type de nid qu’il préfère. Il leur faudra quelques jours pour construire le nid.
Une fois le premier œuf pondu, ne plus donner de la pâtée jusqu’à la première naissance.
La femelle couve généralement au 3ème œuf pondu, le mâle et la femelle se relayent pendant les 14 jours que va durer la couvaison.
Dès l’éclosion, disposer de la pâtée aux œufs pour ne nourrissage des oisillons. Les petits sortiront du nid vers l’âge de 20 jours. Ils ne sont pas encore sevrés à cet âge , c’est seulement à 35 voir 40 jours qu’ils sont sevrés. Donc attention de ne pas les séparer trop tôt des parents.
Aider à leur sevrage en disposant des grappes de millet dans le fond de la cage.

Espèces pouvant cohabiter avec le Diamant mandarin

  • En volière, le diamant mandarin peut cohabiter avec la plupart des astrildidés:
    – Diamant modeste
    – Diamant à gouttelettes
    – Diamant quadricolore
    – Diamant psittaculaire
    – Diamant phaéton
    – Diamant masqué
    – Diamant à queue rousse
    – Diamant à longue queue
    – Diamant à bavette
    – Cou-coupés
    – Moineaux du japon
    – Capucins à têtes noires
    – Cordons bleus
    – Paddas
    – Bengali moucheté
  • En volière spacieuse, il cohabite sans problème avec:
    – Les canaris
    – Indigènes (tarins, sizerins, pinsons, bouvreuils, chardonnerets, verdiens, linots)
    – Tourterelles diamants
    – Cailles de chine
    – Cailles des blés
    – Serins du Mozambique…

Mutations
Il y a énormément de mutations chez le Diamant mandarin, certaines sont l’aboutissement de nombreuses années de travail de sélection, comme chez les reptiles.
Voilà un arbre qui en présente une partie, il y en a certainement d’autres !

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir

mutations_diamant_madarin_blog_arthropodus

Sources
Wikipedia
– Le blog Exotic-35
– Le site zebrafinch
– Le site oiseaux.net

Publicités
Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage des proies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Fiche d’élevage du Diamant mandarin, Taeniopygia guttata (Vieillot, 1817)

  1. Ping : Mon serpent ne mange pas, que dois-je faire ? | Arthropodus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s