Bien choisir son substrat pour terrarium (reptiles, amphibiens et invertébrés)

Il est parfois difficile de s’orienter vers le substrat idéal tant la variété proposée aujourd’hui est large alors qu’il y a 20 ans on avait juste le papier, la tourbe, le sable et les éclats de hêtre qui étaient généralement utilisés.
Le choix du substrat se fait surtout selon un critère : votre terrarium est sec (biotope type désertique) ou votre terrarium est humide (biotope type tropical).

Aujourd’hui je vais passer en revue une partie des substrats disponibles sur le marché, avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Je note en rouge les substrats que je déconseille vivement, mais attention ça ne reste que mon avis et je reste ouvert à tout débat constructif.

Pour un terrarium sec

  • L’essuie-tout
    Souvent utilisé dans les boites des juvéniles, il est pratique, absorbant, abordable et se change très facilement.

    heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_7

    Jeune Heterodon nasicus albinos sur essuie-tout ©Toyah Robson

  • Le papier journal
    Souvent utilisé dans les racks, c’est surement le substrat le moins cher, il est pratique mais pas du tout esthétique, il absorbe peu mais sa gratuité fait qu’il n’est pas gênant de le changer souvent.

    fiche-d-elevage-des-blood-pythons-python-brongersmai-stull-1938-p-breitensteini-steindachner-1881-groupe-curtus_blog_arthropodus_11

    Python brongermsai Ivory sur papier journal ©V. Jacobet

  • Les alèses jetables
    Ultra absorbantes, très pratiques pour les racks mais avec un coût élevé.

    alese_jetable_medicale_blog_arthropodus

    Alèses jetables souvent utilisées en milieu paramédical

  • Les copeaux de hêtre
    Moyennement absorbant, existe en plusieurs granulométries, attention au risque d’ingestion.

    copeaux_hetre_blog_arthropodus

    Copeaux de hêtre de différentes tailles

  • La litière de chanvre (type Aspen)
    Absorbant, peu onéreux, attention toutefois lors du nourrissage, le chanvre peu former des éclats pointus, un peu comme des aiguilles.

    heterodon_nasicus_serpent_a_groin_hognose_blog_arthropodus_9

    Couple d’Heterodon nasicus sur litière de chanvre ©biggreggm

  • La rafle de maïs
    C’est ce qui reste de l’épi de maïs quand on a enlevé les graines, le rendu est assez naturel de par sa texture, par contre les risques d’occlusions ne sont pas à négliger.

    rafle_de_mais_blog_arthropodus

    Rafle de maïs

  • La latérite (« sable » d’argile type Excavator de Zoomed)
    C’est une sorte de sable à base d’argile, si on l’humidifie et qu’on la modèle, la forme sera conservée après séchage, on obtient de très beaux rendus.
    Le nettoyage est facile, on peut le tamiser, par contre ça reste un substrat très lourd.

    Laterite_excavator_zoomed_blog_arthropodus

    Terrarium pour Uromastyx aménagé avec de l’Excavator ©Zoomed

  • Le sable
    La sable est lourd, il est facile a nettoyer (car tamisable) mais c’est un nid à bactéries, les animaux ont tendance à en manger en même temps que leurs proies.
    Le risque d’occlusions est très élevé.
    Il est à réserver à des animaux aux besoins très spécifiques qui ne peuvent être maintenus de façon optimale que sur ce substrat

    sable_blog_arthropodus

    Sable

  • Le sable calcique (sable de calcium)
    Pareil que ci-dessus sauf qu’on vous promet un sable qui peut être digéré et qui coûte 6 fois plus cher. Foutaise, le risque d’occlusion est le même.

    sable_calcium_blog_arthropodus

    Sable calcique

  • Les copeaux pour rongeurs
    Les copeaux pour rongeurs sont faits à partir de bois résineux qui dégagent certains phénols nocifs à l’appareil respiratoire des animaux (y compris les rongeurs), et c’est encore pire quand il n’est pas dépoussiéré.

    copeaux_rongeurs_blog_arthropodus

    Copeaux pour rongeurs

  • Le gazon synthétique
    Rendu moyen voire très moche, pratique à installer, mais catastrophique à nettoyer, que ce soit la version « moquette » ou « poils durs en plastique ».
    C’est un nid à bactéries.

    gazon_synthetique_blog_arthropodus

    Gazon synthétique

  • Le lino
    Pratique et facile à nettoyer, propre, le lino semble un très bon substrat, malgré tout apparemment certains linos peuvent dégager des solvants quand ils sont chauffés, nocifs pour les animaux, à éviter si possible donc.

    lino_blog_arthropodus

    Lino

  • Les graviers d’aquarium
    D’un plus gros calibre que le sable, ils en ont tous les inconvénients, et en plus leur taux d’absorption est nul, une catastrophe sanitaire.

    gravier_aquarium_blog_arthropodus

    Graviers d’aquarium

Pour un terrarium humide

  • La tourbe blonde
    La tourbe blonde est un excellent substrat tropical, le pH acide permet de limiter le développement bactérien. La tourbe retient très bien l’humidité et reste très abordable. Certains l’utilise sèche mais dans ce cas elle est très poussiéreuse.

    tourbe_blonde_blog_arthropodus

    Tourbe blonde

  • L’humus de coco
    Très bon substrat également aux caractéristiques proches de la tourbe, mis à par que sont pH est plus neutre. On conseillera par exemple ce substrat pour les achatines plutôt que la tourbe dont l’acidité peut abimer les coquilles.
    C’est un substrat souvent vendu en briques très compactes.

    humus_fibres_coco_blog_arthropodus

    Humus de coco ©JBL

  • Les éclats de coco
    Un substrat qui retient bien l’humidité, que l’on peut utiliser seul ou combiné à de l’humus de coco ou de la tourbe.

    eclats_coco_blog_arthropodus

    Eclats de coco

  • Le substrat forestier
    C’est le substrat dont la recette est ici, idéal pour l’élevage des iules, blattes, coléoptères et autres arthropodes détritivores.

    recolte_preparation_substrat_cetoine_iule_blatte_blog_arthropodus_6

    Substrat forestier maison prêt à être utilisé

  • Le terreau
    Dans l’absolu c’est un bon substrat car c’est un mélange de tourbe et de compost, acide et favorisant la croissance des plantes. Mais vu le nombres d’additifs comme les engrais et les pesticides, et la difficulté à lire les étiquettes pour bien le choisir je déconseille ce substrat dans les terrariums tropicaux, il y a trop de risques à mon goût.

    terreau_blog_arthropodus

    Le terreau horticole, bien connu des jardiniers

  • La terre de jardin
    Il y a de nombreux types de sols (calcaires, argileux…) qui ne correspondent pas forcément aux animaux maintenus, de plus en plus de lotissements sont garnis de remblais, plein de cochonneries, sur lequel on met 5cm de terre végétale pour faire pousser le gazon, et une bonne dose d’engrais et de désherbant sélectif.
    En plus la moindre humidification transformerait votre terrarium en mare de boue.

    terre_de_jardin_blog_arthropodus

    Différents types de terres de jardin: argileuse, sableuse et limoneuse

  • Les écorces de pin
    Elles existent en plusieurs granulométries, mais toutes sont issues de bois résineux, qui peuvent dégager des phénols nocifs, comme les copeaux pour rongeurs vus plus haut

    ecorces_de_pin_blog_arthropodus

    Écorces de pin

Les additifs

On peut ajouter dans certains substrats des « additifs » qui permettent de retenir plus d’humidité, alléger le substrat ou l’acidifier dans des cas très spécifiques.
J’en citerai juste quelques-uns :

  • La vermiculite
    La vermiculite est une roche de la famille des micas, qui est expansée à haute température (1200°C). Elle ressemble à des petits accordéons beige, elle est imputrescible, son pH est neutre.
    C’est un excellent rétenteur d’eau qui peu être intégrée à certains substrats, ou utilisée seule comme substrat d’incubation par exemple.

    vermiculite_blog_arthropodus

    Vermiculite

  • La perlite
    La perlite est issue d’une roche volcanique siliceuse, chauffée entre 900 et 1000°C. Elle ressemble à des petits grains blancs très légers. Elle a les mêmes propriété de rétention d’eau que la vermiculite, son pH est neutre. Elle peut être utilisée seule (comme substrat d’incubation) ou en mélange. Elle a tendance à devenir friable avec le temps.

    perlite_blog_arthropodus

    Perlite

  • Le seramis
    Le seramis est un substrat composé de petits granulés d’argile poreux qui absorbent facilement l’eau et la livrent quand elles en ont besoin. Sa capacité d’absorption est très élevée ce qui en fait tout son intérêt, il est capable d’absorber 100% de son propre poids en eau sans provoquer aucune modification de son volume ni de son aspect toujours sec. Il peut être utilisé en couche de drainage ou comme substrat d’incubation.

    seramis_blog_arthropodus

    Seramis

  • La sphaigne
    Les sphaignes sont des espèces de mousses qui formes des tourbières.
    La sphaigne est excellente pour acidifier un substrat mais aussi pour retenir l’eau.
    Seule elle peut être utilisée comme substrat d’incubation ou dans une boite humide par exemple.

    sphaigne_blog_arthropodus

    Sphaigne sèche ré-humidifiée (la sphaigne vivante est verte)

Dans tous les cas évitez toutes les litières contenant des additifs chimiques (j’ai vu des sables parfumés anti-odeurs pour geckos…)

Publicités
Cet article, publié dans Aménagement du terrarium, Articles, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s