Fiche d’élevage des Red Runner, Blatta lateralis (Walker, 1868) [syn. Shelfordella lateralis, Shelfordella tartara]

Règne: Animalia
Embranchement: Arthropoda
Classe: Insecta
Ordre: Blattodea
Famille: Blattidae
Genre: Blatta
Espèce: Blatta lateralis (Walker, 1868)

Nom vernaculaire: Red runner, Turkestan cockroach, blatte rouge du Pakistan

Les red runner sont des blattes moyennes couramment utilisée dans l’alimentation des animaux insectivores, on les trouve sous le nom Blatta lateralis, ou bien Shelfordella lateralis.
J’en ai également déjà vu en bourse sous leur ancien taxon Shelfordella tartara.

C’est une blatte qui a une odeur caractéristique, assez forte, et qui doit son nom « Red runner » à son extrême vivacité et à sa couleur rouge/orange. Cette espèce, peut importe le stade, est incapable de grimper les surfaces verticales lisses (tant qu’elles sont parfaitement propres).

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_11

Juvénile venant de muer ©Happy1892

Distribution 
Les red runner sont originaires du Pakistan et plus globalement d’une région allant de l’Afrique du Nord à l’Asie centrale.
L’espèce a été introduite aux Etats-Unis.

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_8

En bleu: origine native, en rouge: introduite par l’Homme ©Roach Crossing

Description
Les adultes mesurent environ 3 cm de long.
Les mâles adultes sont orange-brun, sont assez fins et ont de longues ailes jaunâtres qui leur permettent de voler, enfin plutôt d’amortir leurs chutes, je n’ai jamais vu de mâle de cette espèce prendre spontanément son envol.
Les femelles adultes sont brunes et peuvent tirer sur le noir, avec des marques de couleur crème sur le pronotum et une bande de couleur crème bordant ses ailes vestigales, elles sont plus imposantes que les mâles.
Les nymphes sont brunes à l’avant, noires à l’arrière et sont aptères.

Pourquoi choisir les Blatta lateralis ?
C’est une espèce d’une taille équivalente à un grillon, peu chitineuse, très appréciée des animaux que ce soient les reptiles insectivores, amphibiens ou arthropodes en tous genre.
L’élevage est beaucoup moins fastidieux que celui des grillons (pas de cannibalisme, pas besoin d’avoir plusieurs bacs, moins d’entretien de l’élevage, pas de bruit).
L’espèce coure vite mais ne grimpe pas aux surfaces lisses.
C’est une espèce considérée comme invasive, introduite aux USA, mais sous nos latitudes européennes je ne suis pas certain qu’elle puisse coloniser une habitation, et de ce que j’ai lu, malgré la fuite de blattes chez certains éleveurs je n’ai jamais rien lu concernant une invasion de cette espèce dans une habitation, il lui faut quand même une certaine chaleur pour se développer correctement.
Les valeurs nutritives sont à peu près équivalentes aux grillons, on peut en faire une base d’alimentation même si la variété et la diversité des proies est bienvenue.

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_3

Détail de la tête ©PatHDTattoo

L’élevage en captivité
Je les maintiens de la même manière que mes Blaptica dubia.
Pour l’élevage n’importe quel contenant à parois lisse peut faire l’affaire (bac plastique ou aquarium), cette espèce (adultes et jeunes) étant incapable de grimper sur les parois lisses.
Le substrat n’est pas nécessaire et même déconseillé car il complique l’entretien des bacs et le tri des jeunes.
De nombreuses cachettes sont nécessaires et on utilise généralement des plaques à oeufs, cartons, rouleau d’essuie tout …
Une bonne aération du bac est obligatoire (trous dans le couvercle ou grille d’aération collée)
La température de maintien optimale pour cette espèce est comprise entre 25 et 28°C, en dessous de 18-20°C les blattes ne se reproduiront pas et la croissance sera très longue.
L’idéal est de placer un câble chauffant de 15 ou 25W thermostaté pour obtenir une température idéale.

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_12

Juvéniles

Alimentation
Elles mangent de tout !
La nourriture reste classique, je leur donne en général de la Beetle Jelly et du Roach Chow, et un apport régulier en fruits et légumes frais.
Je varie régulièrement en donnant des flocons pour poissons, des flocons d’avoine, un peu de son de blé…

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_10

Femelle adulte ©Elia Nalini

Reproduction
L’espèce est ovipare, la femelle va déposer des oothèques brunes d’environ 5 mm de long dans le bac, soit à même le sol, soit collées sur un support comme une plaque à œufs.

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_2

Oothèque ©Salvador Vitanza

Les oothèques se développent mieux dans une ambiance légèrement humide, une fois par semaine j’en récupère le maximum que je place dans une boite à grillons avec un fond de vermiculite humide, la boite est laissée dans le bac d’élevage, elle sert juste d’incubateur. L’éclosion se produit entre 4 et 5 semaines après la ponte.
Néanmoins l’incubation sur substrat humide n’est pas une obligation.

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_9

Femelle avec oothèque ©Alex Surcica

Les jeunes sont ensuite maintenus avec les adultes sans aucun problème, la croissance est rapide, ils sont très petits à la naissance (environ 2 mm).
Il faut compter environ 3 à 4 mois pour qu’elles deviennent adultes.
Les femelles adultes vivent une bonne année, les mâles quelques mois.
C’est une espèce prolifique et peu exigeante.

blatta_lateralis_red_runner_blog_arthropodus_13

Sources
Wikipedia
Visitez la galerie Flickr de 
Visitez la galerie Flickr de Margarethe Brummermann
Le site Roach Crossing

 

Cet article, publié dans Fiches d'élevage, Fiches d'élevage des proies, Fiches d'élevage insectes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s